Vous êtes ici : Accueil > Actualités > BO du 22 mai 2019 > Circulaires BO du 22 mai 2019
Publié : 4 juin
Format PDF Enregistrer au format PDF

Circulaires BO du 22 mai 2019

Les langues vivantes à l’école maternelle

Les langues vivantes étrangères à l’école maternelle
NOR : MENE1915455N
note de service n° 2019-086 du 28-5-2019
MENJ - DGESCO A1-1

Texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie ; aux inspectrices et inspecteurs d’académie-directrices et directeurs académiques des services de l’éducation nationale ; aux inspectrices et inspecteurs de l’éducation nationale du premier degré ; aux directeurs des écoles et des établissements d’enseignement privés du premier degré sous contrat ; aux professeurs des écoles et des établissements d’enseignement privés du premier degré sous contrat

Le rapport intitulé « Propositions pour une meilleure maîtrise des langues vivantes étrangères, oser dire le nouveau monde » souligne, en s’appuyant sur des recherches récentes, l’importance d’un apprentissage précoce d’une langue vivante étrangère (LVE). L’immense richesse perceptive des très jeunes enfants permet en effet de les sensibiliser, dès l’école maternelle, aux sonorités de différentes langues.

Le rapport précise également qu’au-delà de la dimension linguistique, les LVE ouvrent les élèves à la pluralité des cultures et fondent les bases de la construction d’une citoyenneté respectueuse, indispensable à la vie en société et à l’épanouissement de chacun.

L’éveil aux langues nourrit intimement et, de manière privilégiée, les deux domaines des programmes « Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions » et « Explorer le monde ». Par des activités ludiques et réflexives sur la langue (comptines, jeux avec les mots, etc.), faisant place à la sensibilité, à la sensorialité, aux compétences motrices, relationnelles et cognitives des élèves, il contribue également à chacun des trois autres domaines du programme de maternelle. Cette approche sensible des LVE contribue au développement du langage oral et à la consolidation de la maîtrise du français, objectifs essentiels de l’école maternelle.

La présente note décline les principes généraux d’organisation et la démarche pédagogique à privilégier en moyenne et grande sections.

Principes généraux d’organisation

L’éveil à la diversité linguistique constitue le tout premier contact avec la pluralité des langues dans le cadre scolaire. Il fonde le parcours linguistique de l’élève, première étape d’un continuum d’apprentissages qui se poursuivra en cycle 2. Il convient donc d’organiser cet apprentissage avec rigueur et régularité afin que les élèves en tirent tous les bénéfices, notamment en ce qui concerne le développement des compétences langagières orales.

L’éveil à la diversité linguistique recouvre deux volets, d’une part un éveil à la pluralité des langues et d’autre part, une première découverte d’une langue singulière, dont l’apprentissage permet de poser les jalons d’un parcours linguistique cohérent et en lien avec le cours préparatoire.

La démarche consiste à exposer régulièrement les élèves à des temps courts et variés durant lesquels le professeur les met au contact des langues. Ainsi, peu à peu, ces moments où l’on joue, écoute, bouge, répète, parle, chante dans une LVE deviennent des moments familiers et attendus de la vie de la classe. C’est en créant un environnement propice aux échanges que le professeur pourra guider l’élève avec bienveillance dans des activités adaptées favorisant le développement des compétences orales, que ce soit au plan de l’articulation (prononciation des sons) ou de la prosodie (intonation, rythme, accentuation). Progressivement, les capacités d’écoute et d’attention seront développées.

La formation et l’accompagnement des équipes pédagogiques auront pour objectifs :

- le développement d’attitudes positives à l’égard de la diversité linguistique (curiosité, accueil de la diversité) ;

- la découverte d’éléments linguistiques (lexique et structure) et culturels adaptés aux élèves ;

- l’ouverture aux sonorités des langues et la mise en œuvre de pratiques soutenant l’apprentissage d’une LVE par la mobilisation de stratégies (écoute, perception des sons et des intonations, reproduction de sonorités en apprenant à contrôler ses organes phonatoires, remobilisation et réutilisation d’éléments déjà connus) ;

- l’émergence d’une conscience des langues (observer les langues, percevoir leurs régularités, leurs ressemblances et leurs différences).

Chacun de ces quatre objectifs concourt à renforcer la place essentielle donnée au développement du langage à l’école maternelle : en induisant une prise de recul, les LVE permettent une première perception du fonctionnement du français, langue de scolarisation, avec ses spécificités. L’enfant comprend alors que toute langue peut être considérée comme un objet d’observation et de manipulation. Les LVE viennent ainsi en soutien de l’apprentissage du français.

Ces objectifs feront l’objet d’un travail en commun avec les équipes de cycle 2 et de cycle 3 afin de construire un projet linguistique inter-cycle progressif et cohérent.

Mettre en œuvre au sein de la classe une démarche pédagogique respectueuse du développement du jeune élève

L’accueil du matin, comme le temps de regroupement traditionnellement consacré aux activités ritualisées, peut constituer un moment privilégié pour exposer les plus jeunes à une autre langue que le français. Il est recommandé de s’appuyer sur un personnage fictif (marionnette, mascotte, professeur revêtant un accessoire typique, etc.).

L’usage de supports authentiques variés et adaptés aux jeunes élèves est à privilégier afin que ces derniers puissent les mettre en lien avec leur propre univers de référence.

Apprendre en jouant

Le jeu, au-delà du plaisir qu’il suscite, est une nécessité pour l’enfant. Puissant moteur d’apprentissage, il favorise l’attention, développe les habilités motrices et permet à l’enfant d’entrer dans le monde symbolique. Ainsi, jeux de doigts, jeux de rondes, jeux dansés, jeux de mimes, jeux de cour, conduits en LVE, engagent les élèves dans le développement de productions orales simples. L’enfant, par son corps et par sa voix, par le rythme battu ou les gestes à accomplir, développe sa conscience de la notion du temps, du rythme, de la mélodie propres à une langue. On peut également s’appuyer sur des jeux sociaux traditionnels déjà connus des élèves pour faciliter l’entrée dans des activités et créer, ainsi, des situations d’interaction simples mais chargées de sens permettant de pratiquer une LVE.

Apprendre en réfléchissant

L’éveil aux langues peut aussi prendre la forme de temps de recherche et de réflexion simples qui évolueront progressivement (est-ce qu’il y a des sons en français qui n’existent pas en anglais, est-ce qu’il y a des sons en anglais qui n’existent pas en français ?) ; le professeur est alors en mesure d’observer le cheminement des réflexions et encourage les discussions.

De même, il est possible de s’appuyer sur les jeux phoniques conduits en français (frappé d’une suite sonore, découpage oral de mots connus en syllabes, repérages de syllabes communes, etc.) et en LVE pour inviter les élèves à percevoir que chaque langue a son propre rythme, sa propre tonicité (accents de mots, accents de phrases) et ses particularités phonologiques.

On développe ainsi chez les élèves des capacités d’observation et de raisonnement.

Apprendre en s’exerçant

Les capacités auditives et articulatoires des très jeunes enfants sont immenses et n’ont pas encore été réduites par le filtre sonore de la langue maternelle. Ainsi, s’exercer à répéter, à mettre en bouche, à articuler un mot ou un son d’une LVE en sentant du bout des doigts ses cordes vocales vibrer sur le cou, en sentant avec la main l’air expulsé de la bouche, la dureté d’un son dans la gorge ou le roulis d’un /r /, à prononcer des mots ou expressions avec un air joyeux, étonné ou en feignant un air fâché permet d’entraîner les élèves à maintenir une bonne capacité à discriminer à l’oral, à reconnaître, produire et reproduire des sons ou des mots, à associer intonation et sens, tout en jouant avec le matériau linguistique en toute confiance.

Apprendre en mémorisant et en se remémorant

Mémoriser - Les facultés mnésiques des très jeunes élèves sont également sollicitées pour introduire des comptines et chants en LVE qui sont écoutés à plusieurs reprises, joués, rythmés, mimés, accompagnés de gestes pour faciliter leur mise en mémoire.

Ce faisant, le professeur contribue à « enrichir l’imaginaire musical des enfants », en les confrontant à la diversité des univers musicaux pour exercer l’oreille, affiner l’écoute et entraîner la mémoire auditive (découverte d’instruments, d’extraits d’œuvres).

Le recours aux « boîtes à histoires », permettant de raconter en plusieurs langues des histoires animées en s’appuyant sur des objets qui symbolisent les personnages et les éléments clés, facilite également la mémorisation. On peut, par exemple, raconter d’abord en français, puis dans un second temps raconter la même histoire dans une LVE. On peut aussi, sans passer par la médiation du français, introduire directement quelques éléments choisis en LVE (interjections, onomatopées, formules, noms propres, etc.), qui sont directement repérés par les élèves grâce au contexte et à la mise en œuvre pédagogique.

Se remémorer, évoquer - On organise régulièrement des retours sur les découvertes faites dans les autres langues afin de stabiliser ou remobiliser les savoirs.

C’est en établissant ces liens que l’on aide les enfants à prendre conscience qu’apprendre à l’école, c’est remobiliser en permanence les acquis antérieurs pour aller plus loin.

Ainsi, l’éveil à la diversité linguistique ouvre un parcours qui se poursuivra sur l’intégralité de la scolarité des élèves. Ces premiers jalons, posés dès la moyenne section et dont la continuité sera assurée en grande section puis au cycle 2, permettent aux élèves de débuter un parcours linguistique d’apprentissage cohérent et solide. En cela, la participation des élèves à des projets comme la semaine des langues vivantes qui se tient chaque année au mois de mai est un moment privilégié pour mener un projet de classe ou d’école concret.

Le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse,
Jean-Michel Blanquer